Simone dénonce le cyberharcèlement avec l'humoriste Florence Mendez

60% c’est le nombre de jeunes femmes âgées de 15 à 25 ans dans le monde qui ont été victimes de cyberharcèlement*. Un phénomène qui monte en puissance avec les réseaux sociaux, toujours plus présent dans notre quotidien. Les conséquences de ces agressions verbales sur Internet sont quant à elles bien réelles sur la santé mentale des victimes : la diminution de l’estime de soi, le stress mental, le stress émotionnel. Le cyberharcèlement est un délit, qualifié par la loi.

*source Plan International 2020

 

PROFÉRER DES INSULTES EN LIGNE NE REND PAS CES VIOLENCES MOINS RÉELLES POUR LES VICTIMES.

C’est pourquoi, l’équipe de Simone a réalisé une caméra cachée pour montrer et dénoncer cette violence dans la vraie vie. Elle met en scène l’humoriste Florence Mendez, elle-même victime de cyberharcèlement, et des comédiens complices. La caméra cachée est à retrouver sur Facebook et Instagram.

 

« La plupart des femmes que nous rencontrons pour des interviews nous disent qu’elles sont régulièrement cyberharcelées. Avec cette caméra cachée imaginée comme une expérience sociale notre idée est de sensibiliser les gens et de les pousser à se demander pourquoi ce que nous n’acceptons pas dans la vraie vie serait tolérable sur les réseaux. »

Céline Daugenet et Julien LAMURY,
Rédactrice en chef adjointe et rédacteur en chef de SIMONE MEDIA

 

Retrouvez l’intégralité du communiqué de presse ici

 

________________
À PROPOS DE SIMONE MEDIA
Depuis 4 ans, Simone donne la parole à toutes les femmes qui souhaitent s’impliquer dans la société, interagir et s’engager au quotidien. Simone organise des actions fortes pour faire bouger les mentalités. En 2017, Simone a réalisé une vidéo en caméra cachée pour dénoncer les inégalités salariales entre hommes et femmes, cette vidéo a atteint les 6,5M de vidéos vues. En 2019 et 2020, Simone organise des soirées pour rassembler sa communauté et parler librement de plaisir féminin, ou pour se mobiliser contre le harcèlement de rue. Avec sa nouvelle production, Simone souhaite mobiliser ses plus d’un million d’abonnés sur les réseaux (Facebook, Instagram, TikTok, Twitter) et de sa communauté très engagée autour du cyber-harcèlement.